fbpx
fr
Français
fr
Français

Guide de l’indépendant complémentaire (Belgique)

Mis à jour le
Lu en 5 minutes

Devenir indépendant complémentaire, c’est une excellente façon de tester un nouveau projet professionnel tout en gardant la sécurité de son emploi principal. 

C’est un moyen très efficace de tirer un revenu d’une passion que vous cultivez après les heures de bureau.

C’est aussi s’ajouter une source de revenus. Par contre, votre activité complémentaire ne peut pas vous demander des heures de paperasse et de stress administratif. Nous rassemblons ici tout ce qu’il vous faut pour que votre activité complémentaire reste simplement l’activité que vous avez choisie.

Nous avons fait le tour des questions que nos utilisateurs nous posent souvent et rassemblé les réponses les plus utiles ici :

Vous pensez à vous lancer ?

Comment optimiser votre net d’indépendant complémentaire ?

Comment gérer vos impôts ?

Vous choisissez de devenir indépendant, mais vous ne choisissez pas si c’est à titre complémentaire ou principal. Vous devenez indépendant complémentaire si :

a) Vous êtes déjà

  • Employé ou enseignant au minimum à mi-temps
  • En prépension
  • Au chômage, et que l’ONEM vous autorise à avoir une activité complémentaire.

    dans le cadre du dispositif Tremplin indépendant, vous pouvez conserver vos droits à une allocation de chômage pendant douze mois tout en étant indépendant complémentaire.

  • Couvert par une indemnité de mutuelle (cette indemnité découle d’une activité de salarié antérieure à l’incapacité).

b) Et vous devenez indépendant: vous êtes alors automatiquement indépendant complémentaire.

Dans les autres cas (si vous êtes en congé sans solde), vous devenez automatiquement indépendant à titre principal. Vous bénéficiez d’une couverture sociale grâce à votre statut d’indépendant. Si vous êtes indépendant complémentaire, vous bénéficiez d’une couverture sociale grâce à votre statut principal (employé, au chômage, en prépension etc).

A Bruxelles et en Wallonie, les indépendants, complémentaires ou à titre principal, doivent disposer de la gestion de base pour pouvoir s’enregistrer comme indépendant.

Devenir indépendant complémentaire

L’inscription en tant qu’indépendant à titre complémentaire suit les mêmes étapes que l’inscription d’indépendant à temps plein :

  • L’inscription à une caisse d’assurances sociales
  • L’inscription à la Banque-Carrefour des entreprises pour obtenir votre numéro d’entreprise
  • L’enregistrement à la TVA si votre profession le requiert. (Liste des entreprises exonérées de TVA ici)

Combien coûte l’inscription en tant qu’indépendant complémentaire ? Environ 90 euros pour l’inscription à la BCE et 60 euros pour l’affiliation à la TVA – comme pour un indépendant à titre principal.

⚠️  Comment gérer le statut d’indépendant complémentaire par rapport à votre employeur ? Nous vous expliquons ici les points d’attention.

Au chômage et indépendant complémentaire ?

Vous êtes au chômage et souhaitez devenir indépendant complémentaire ? C’est possible, grâce au Tremplin-indépendants, comme expliqué ici.

Vous êtes indépendant complémentaire et vous retrouvez au chômage ? Vous pouvez maintenir votre activité complémentaire à condition, entre autres, d’avoir exercé votre activité complémentaire pendant au moins 3 mois avant votre demande d’allocations. Retrouvez tous les détails ici.

Combien peut gagner un indépendant complémentaire ?

Il n’y a pas de plafond à ce que peut gagner un indépendant complémentaire :

  • Les revenus d’indépendant complémentaire sont taxés au taux progressif à l’impôt sur le revenu, au moins autant que le revenu principal
    ⚡️ Voyez ici votre net d’indépendant complémentaire en temps réel ⚡️
  • En-dessous de 1548,18 euros de revenus par an, vous ne payez pas de cotisations sociales
  • Si vous êtes assujetti à la TVA, vous facturez la TVA à vos clients et la reversez à l’Etat. Surtout, vous pouvez la récupérer sur vos achats professionnels !

Vous l’avez compris : si vous souhaitez que votre activité complémentaire soit aussi une source de revenus, vous avez tout intérêt à investir dans votre activité, en faisant les frais professionnels qui se justifient et à récupérer la TVA sur ces achats. Cela change la donne quant à l’impôt que vous payez sur ces revenus complémentaires, qui peut vite grimper !

Les frais déductibles des indépendants complémentaires

Comme les indépendants à titre principal, les indépendants à titre complémentaire déduisent leurs frais professionnels.

Nous expliquons ici ce qui rend une dépense plus ou moins déductible pour les indépendants complémentaires.

Frais réels ou frais forfaitaires ?
Si vous n’entrez pas de frais réels dans votre déclaration d’impôt, l’Etat considère qu’un forfait de 30% de votre revenu imposable, jusqu’à un plafond de 4880 euros, est déductible.
En pratique, les frais réels sont souvent plus avantageux, surtout si vous profitez de votre activité complémentaire pour étaler les investissements nécessaires à votre activité !

Pensez aux charges d’électricité, de chauffage, d’équipements de bureau ou d’ateliers, d’assurances, auxquelles vous faites face…

🔍 Repérez dans notre Google des frais professionnels tous les frais qui se justifient pour vous.

Devez-vous opter pour la franchise TVA ?

Si vous êtes assujetti à la TVA et que votre chiffre d’affaires annuel est sous les 25 000 euros, vous pouvez opter pour le régime de franchise de la TVA. Vous ne remettez pas de déclaration TVA chaque trimestre et vous ne facturez pas la TVA à vos clients. Cependant, vous ne récupérez pas (une partie de) la TVA sur vos achats professionnels.

Or, selon l’achat professionnel dont il s’agit, vous pourriez déduire jusqu’à 21% supplémentaires si vous êtes assujetti à la TVA ! C’est donc le moyen le plus direct d’augmenter vos frais déductibles et de diminuer vos impôts d’indépendant complémentaire.

Nous faisons le point ici sur la franchise TVA afin que vous puissiez vous faire une opinion tranquillement. Si vous choisissez d’utiliser Accountable, vos déclarations sont évidemment générées automatiquement et nous vous rappelons toutes les to-do.

Payer vos cotisations sociales

Les indépendants complémentaires ont intérêt à garder ces seuils en tête.

  • Sous un certain seuil de revenus annuels, autour de 1500 euros (ce seuil variant légèrement selon les années), vous ne payez pas de cotisations sociales
  • Entre ce seuil et 14.042,57 euros de revenus, vous payez 20,5% de vos revenus en cotisations sociales, chaque trimestre
  • Une fois que vous payez des cotisations sociales pour un revenu égal ou supérieur à 14.042,57 euros, vous vous ouvrez des droits sociaux supplémentaires en tant qu’indépendant complémentaire. Jusque là, vous avez payé des cotisations dites de solidarité, pour l’ensemble des indépendants.

Nous vous donnons ici un topo complet de ce que vous devez suivre pour les cotisations sociales.

⚠️. La caisse d’assurances sociales vous propose un montant à payer en estimant vos revenus : cette estimation n’est pas toujours à jour. C’est pourquoi notre app vous permet de voir en temps réel le montant exact de cotisations sociales que vous devriez payer.

Les assurances format complémentaire

Si vous payez des cotisations sociales au moins équivalentes à celles d’un indépendant à titre principal, vous pouvez opter pour une PLCI, pension libre complémentaire pour indépendants : c’est à la fois une dépense professionnelle intéressante fiscalement et une excellente façon de protéger votre pension. Nous vous expliquons tout cela en détails ici.

Vous pourriez aussi vouloir couvrir vos clients, vous-même, votre matériel, dans le cadre de votre activité complémentaire : de plus, c’est déductible !

Combien d’impôts paierez-vous ?

Vous seul pouvez répondre à cette question, avec notre simulateur de taxes pour indépendant complémentaire.

En attendant, retenez que votre revenu d’indépendant complémentaire s’ajoute à votre revenu principal et est taxé au taux progressif : votre revenu complémentaire est au moins taxé autant que votre revenu principal, voire plus. Vous avez donc tout intérêt à garder votre base taxable sous contrôle, pour ne pas passer au palier d’imposition suivant, en déduisant les frais qui se justifient pour vous.

Nous vous donnons ici 5 clés pour votre déclaration d’impôt d’indépendant complémentaire.

Comment faire votre déclaration d’impôt en tant qu’indépendant complémentaire ?

Une fois indépendant, vous faites face à la partie 2 de la déclaration d’impôts : vous y déclarez là les revenus de votre activité indépendante, de même que les charges auxquelles vous avez fait face. C’est ainsi que l’Etat connaît vos revenus et fixe vos impôts.

Vous avez intérêt à éviter les mauvaises surprises de ce côté-là : Accountable vous fournit en temps réel une estimation précise de l’impôt sur le revenu que vous payez sur votre activité complémentaire et vous rappelle les échéances, y compris pour les versements anticipés.

Vous voulez en savoir plus sur les versements anticipés ? Nous vous expliquons tout cela ici !

En tant qu’indépendant complémentaire, ce n’est jamais facile d’estimer au jour le jour quel est votre net exact. Heureusement, notre application vous le dit, en temps réel. N’hésitez pas à essayer, elle est gratuite par défaut !

Sibylle Greindl, crée du contenu et un sens de la communauté !
Sibylle Greindl, crée du contenu et un sens de la communauté !

Sibylle aime les mots et les histoires. Elle était parmi les tous premiers testeurs d'Accountable : elle a trouvé l'app tellement convaincante, qu'elle en a rejoint l'équipe !
Elle veille maintenant à ce qu'un maximum d'indépendants puisse profiter de l'expérience qu'elle a eue en rejoignant Accountable.

Accounting team

Démarrez sur accountable

Laissez votre admin à notre app, c’est son métier

Veuillez entrer un numéro valide